Non classé

Etude scientifique : les phtalates comme cause de l’endométriose

Cette étude démontre que les femmes atteintes d’endométriose ont des taux sériques élevés de plastifiant, le phtalate de diéthylhexyle (DEHP), couramment utilisé, ce qui suggère que le DEHP joue un rôle dans les mécanismes conduisant au développement de l’endométriose.

Il est possible d’éviter les phtalates. Ces derniers se trouvent dans les emballages alimentaires, les films plastiques, etc. Ils sont aussi incorporés comme fixateurs dans de nombreux produits cosmétiques: vernis à ongles, laques pour cheveux, parfums.
Evitez un maximum l’exposition aux perturbateurs endocriniens. Retrouvez plus d’infos sur ces produits chimiques et sur leur présence, sur ce lien. Il existe des ateliers pour apprendre à éviter les perturbateurs endocriniens, appelés Nesting, que notre partenaire HomeSafeHome donne régulièrement.

Traduction du résumé de l’article scientifique :

L’étude avec cette découverte, « Femmes diagnostiquées avec l’endométriose montrent des niveaux élevés de sérum de phtalate d’hexyle diéthylique », a été publié dans le Journal of Human Reproductive Sciences .

Les esters de phtalates, plus connus sous le nom de plastifiants, sont des composés souvent ajoutés aux produits de consommation pour accroître la durabilité et la longévité des produits. Ces produits sont inclus dans les articles d’ameublement, les cosmétiques, les parfums, les emballages alimentaires, les médicaments et les insecticides, par exemple.

Les esters de phtalate ont également tendance à perturber le système endocrinien (hormonal). Par conséquent, l’exposition à long terme à ces composés – en particulier le DEHP – a été associée à des problèmes de reproduction chez l’homme.

«L’exposition humaine au DEHP se fait principalement par le biais des aliments transformés, contaminés par des machines de transformation des aliments et des matériaux d’emballage et par l’application cutanée de produits de soins personnels et cosmétiques», ont écrit les auteurs.

Fait intéressant, des études ont montré que les taux plasmatiques (de sang) et urinaires de DEHP et de ses métabolites (produits de transformation de ces composés dans l’organisme) sont significativement plus élevés chez les femmes atteintes d’endométriose que chez les témoins sains. les mécanismes qui conduisent au développement de l’endométriose.

Afin de mieux comprendre le rôle du DEHP dans l’endométriose, les chercheurs ont entrepris d’étudier les niveaux de DEHP chez les femmes atteintes d’endométriose et chez les femmes non atteintes.

Les chercheurs ont étudié 50 femmes ayant reçu un diagnostic d’endométriose, âgées de 20 à 40 ans, ainsi que 50 femmes en bonne santé, fertiles et appariées. Les chercheurs ont ensuite mesuré les niveaux de sérum (un composant riche en protéines du sang).